Vous êtes ici > Produits >> Prothèses et Orthèses >> Prothèses >> La prothèse fémorale


 Zoom PRODUITS

 LA PROTHESE FEMORALE
Des solutions personnalisées pour vous
aider à retrouver la mobilité

Le choix de la prothèse dépend du projet de vie du patient pondéré par son état général et ses capacités avant l’amputation. Ainsi les objectifs de l’appareillage peuvent être purement esthétiques (prothèses de vie sociale),  limités à la réalisation ou à la facilitation des transferts, ou permettre la station debout.

 

Les objectifs peuvent également être la marche (marche en intérieur, en extérieur en terrain plat, ou marche en extérieur en terrain accidenté).

 

Enfin le projet de vie du patient peut intégrer des activités professionnelles et sportives. La personne devra utiliser et contrôler sa prothèse avec sécurité, fiabilité et endurance.

 

Les prothèses fémorales comportent une emboiture, un effecteur intermédiaire (genou prothétique), une pièce de liaison et un effecteur terminal (pied).

>> EMBOITURE

L’emboiture destinée à recevoir le moignon est une pièce importante. L’appui doit être franc et indolore. L’emboiture doit permettre une répartition des contraintes, une tolérance cutanée, des informations proprioceptives, et enfin sa mise en place doit être facile. L’emboiture est réalisée à partir d’un moulage du moignon.

L’emboiture est de type provisoire tant que le volume du moignon est variable. Une fois que le choix  de la forme de l’emboiture et des matériaux est validé et lorsque le volume du moignon est stabilisé, une emboiture définitive peut être envisagée.

Il existe plusieurs formes d’emboiture : l’emboiture quadrangulaire (le collet de l’emboiture est quadrangulaire) ou l’emboiture à ischion intégré (ce type d’emboiture tend à se généraliser, le collet ovalaire intègre l’ischion, en appui monopodal il y a une meilleure stabilité du bassin)

 

Le moignon est en contact avec l’emboiture soit directement soit par l’intermédiaire d’un manchon qui sert d’interface. Le manchon améliore la suspension de la prothèse, répartit les pressions d’appui, réduit les frottements.

 

Le manchon peut être en gel de copolymère, en silicone ou en uréthane. Il peut être de série ou sur mesure.

Le manchon peut comporter une attache distale, un système d’anneaux ou de colerettes (système Seal-in) permettant une meilleure étanchéité et une meilleure fixation

>> GENOU PROTHETIQUE

Le genou doit permettre d’allier mobilité en phase oscillante, stabilité en phase portante, fiabilité et légèreté. Il sera adapté à l’activité du patient.

 

Quelques exemples de genoux prothétiques :

Genou à verrou : Légèreté, stabilité et sécurité les caractérisent mais ils n’apportent que peu de performance, avec une marche non physiologique. Ils sont réservés aux patients très âgés, aux capacités fonctionnelles très limitées  ou aux patients présentant des troubles de l’équilibre.

Genou libre à frein (mono-axial) ou libre polycentrique : Ils offrent sécurité et stabilité mais la vitesse de marche et l’endurance sont  limitées

Genou libre avec régulation hydraulique de la phase oscillante et contrôle dynamique de la phase d’appui. On a alors une sécurité à la marche, dans les escaliers et les plans inclinés avec possibilité de descente des escaliers en pas alternés.

Le réglage de ce type de genou est délicat. (3R80). Le patient a besoin d’un effort modéré pour initier la phase pendulaire. Pour contrôler la phase pendulaire il faut un système de vérin hydraulique ou pneumatique.

Les genoux à microprocesseurs sont prescrit par un médecin MPR le plus souvent au cours d’une consultation spécialisée et tous les patients ne sont pas éligibles pour ce type de genou (le périmètre de marche doit être  supérieur à 2000m en continu, la vitesse de marche supérieure à4 km/h, le patient pouvant aller dans des pentes de 15% et utiliser les escaliers en pas alternés). Ces genoux sont dits intelligents car ils s’adaptent automatiquement à la démarche de chaque individu et aux environnements différents.

 

En plus des avantages offerts par les précédents genoux (marche à vitesse variable…) ils permettent de s’affranchir du contrôle conscient actif du verrouillage du genou en fonction des terrains.

.

>> EFFECTEUR TERMINAL : DIFFERENTS TYPES DE PIEDS

 

 

Les pieds de base sont le pied Sach (pied rigide) ou le pied articulé, ils sont utilisés chez le patient fatigable et peu actif.

 

Ensuite en fonction de l’activité du patient on peut utiliser des pieds à restitution d’énergie de classe I à III  ou des pieds avec cheville. La classe du pied est déterminée en fonction de son niveau de restitution d’énergie.

 

Classe 1 et 2 : Le patient se déplace dans la maison et à l’extérieur mais en terrain facile,

 

Classe 3 : Il peut marcher à une vitesse supérieure et pratique toutes sortes de terrains accidentés voire pratique un sport.

 

L’effecteur terminal peut également être une lame de course en carbone (elle ne permet pas la marche et est dédiée au sport).

 

Il peut aussi y avoir des effecteurs articulaires intermédiaires type cheville (il existe des chevilles actives à microprocesseur, Propriofoot, non inscrit à la LPP), des effecteurs intermédiaires non articulaires avec amortisseurs de choc ou de torsion, ou un effecteur intermédiaire couplé à l’effecteur terminal


 

 

LES AGENCES

Perron Tortay Orthopédie

 

UNE PRESENCE AFFIRMEE

Sites et ateliers Perron Tortay Orthopédie

 

Bretagne : Caudan, Trégueux, Brest, Rennes

Normandie : Granville, Cherbourg, Bayeux

Pays de la Loire : Laval

  

>> En savoir plus

 

 

TOUTE NOTRE ACTUALITE

Perron Tortay Orthopédie

 

Partenaires, associations, comités, aides,... 

>> En savoir plus

 

Salons, congrès, nouveautés, article de presse,...

>> En savoir plus

Service proposé par Solaris @Proximité